Viviane Neiter

Les assemblées générales de la saison 2016 me sont apparues d’abord beaucoup plus tendues que les années passées, sans doute à la cause de la pression croissante des investisseurs institutionnels et de l’influence grandissante des proies notamment sur des sujets sensibles telles que les rémunérations et le say on pay.