Rémunération des dirigeants : politique d’ensemble et critères extra financiers

Les sociétés ont progressé en 2016, le nombre de recommandations positives a augmenté. Les votes sur la politique de rémunération ont évolué ainsi que les attentes et exigences des proxys.

 

a. Les sociétés ont progressé en 2016
b. Vote sur la politique de rémunération

 

 

a. Les sociétés ont progressé en 2016

De nombreuses sociétés enregistrant non pas des rejets, mais de faibles scores, ont réagi. Par exemple chez Danone, il y avait un petit problème de transparence qui a été réglé, et on observe des scores passés de 54% à 95% d’approbation. Proxinvest a, de fait, amélioré son niveau de recommandations de votes favorables en 2016, avec 40% de recommandations favorables contre 32% en 2015.

Loïc Dessaint, Directeur Général de Proxinvest

 

« Le nombre de nos recommandations positives a augmenté. Ceci est principalement dû à une amélioration de la qualité des informations communiquées par les émetteurs. tant sur la structure que sur les pratiques de rémunération. »

Eva Chauvet, Vice-président Governance Research, ISS

 

« En 2016, nous avons voté favorablement dans plus de 70% des cas en France.

Andrew Gebelin, Senior Director of Research, Glass Lewis 

« Il y a eu peu de mauvais cas d’école en France, un tout petit nombre a attiré la foudre des actionnaires mais la grande majorité fonctionne bien »

Valentine Bonnet, Responsable du Gouvernement d’entreprise et de la Déontologie de l’AFG

b. Vote sur la politique de rémunération

 

« La politique de rémunération est présentée de façon claire chez Atos.

Loïc Dessaint, Directeur Général de Proxinvest

« Notre vote s’appuie sur un principe, l’alignement de la remuneration avec la performance et la stratégie, si nous comprenons cette “big picture”, nous n’avons pas de problème. J’aime l’exemple d’Imperial Brands, ce n’est pas une histoire facile à raconter car controversée par les actionnaires, mais l’entreprise a choisi de traiter ce point de façon honnête et directe. C’est ce que nous voulons : que vous nous disiez exactement ce qui se passe en langage très clair, pour que nous n’ayons aucune question. La politique de rémunération doit être quelque chose de très clair qui puisse être remis à chacun des employés de l’entreprise. 

Andrew Gebelin, Senior Director of Research, Glass Lewis

« Certains détails doivent être mieux présentés par les entreprises françaises, les taux de performance notamment. Notre approche est basée sur l’alignement de la rémunération des dirigeants avec les performances et la stratégie de l’entreprise ».

Andrew Gebelin, Senior Director of Research, Glass Lewis

« Sur les critères extra financiers, les données fournies par les sociétés sont encore un peu floues. Nos clients sont en attente d’information, ce sera un point important de notre analyse de cette année.

Loïc Dessaint, Directeur Général de Proxinvest

 

« Nous publions dans notre analyse un échantillon de pairs, qui sont sélectionnés en fonction du secteur, de la zone géographique mais aussi de la taille (appréciée en général au regard du chiffre d’affaires ou de la capitalisation boursière) de l’entreprise. En décembre, nous avons proposé aux sociétés de nous donner leur propre échantillon de comparaison : nous avons eu très peu de retours de sociétés françaises. »

Eva Chauvet Vice-président Governance Research, ISS